Capucine Nemo-Pekelman, La marque têta sur le front des juifs hérétiques

Compte rendu de l’Atelier de la Nouvelle Gallia judaica du 11 février 2015

Capucine Nemo-Pekelman est maître de conférences en Histoire du droit et des institutions à l’Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense, s’interroge sur un canon du XIe siècle qui impose une marque sur le front des juifs hérétiques.

Si un juif hérétique couche avec une femme chrétienne, il est condamné sur sa fortune (100 sicles d’or), et la lettre têta sera inscrite sur son front, ce qui est signe de mort. La femme, elle, est bannie quelques années.

Ce texte semble être un faux car il n’apparaît dans aucun texte conciliaire ni canonique. Or, l’expertise paléographique confirme qu’il est médiéval et que ce n’est pas un faux.

Il s’agit du manuscrit BnF lat. 4281, fol. 64v. Le feuillet 64 fait partie d’un bi-feuillet étranger au reste du mss. Inséré à une date inconnue. Le codex se trouvait à Limoges, à Saint-Martial.

D’après Jean Vézin, se dévoilent au bas du verso du feuillet les caractéristiques paléographiques d’une écriture du XIe s.  Mais le reste du mss est plus ancien : scriptorium de l’Est de la France ou bourguignon : dans ce codex du IXe s., fol. 1-55, une collection canonique d’hérouval ; puis extraits de textes de nature variée.

Puis au fol. 48 et 49, le canon est écrit dans la marge : écriture soit du IXe s. et au plus tard du début du XIe s. Donc, le texte du XIe s. est une copie de cette mention marginale antérieure.

La marque sur le front du juif est particulièrement étonnante. Sa ressemblance figurative intéressante avec la rouelle du XIIIe siècle interpelle : quel lien ? Une référence commune ?

I- Hypothèses quant aux origines des deux textes

  • 1ère hypothèse sur la version du IXe s., inscrite dans la marge.

Si c’est un faux, l’auteur serait un Pseudo-isidorien : Paschase Radbert ?

Mais, ce n’est sans doute pas un faux. D’autant qu’il ne vient pas de l’abbaye de Corbie.

  • 2e hypothèse : l’origine lyonnaise.

On est frappé, en effet, par la similitude de préoccupations avec l’école cathédrale lyonnaise du IXe s., à savoir l’animosité contre les juifs, mais aussi d’autres préoccupations.

D’après Bernhard Blumenkranz, l’épiscopat lyonnais veut imposer sa norme au pouvoir séculier, celui de l’empereur, chargé d’appliquer la loi conciliaire. Or Amolon a perdu son combat contre Louis le Pieux et Charles le Chauve au milieu du IXe s. Le canon a pu être écrit par dépit après cette bataille perdue.

Quant à la copie du XIe s :

Abbaye de Saint-Martial de Limoges. Fortes tensions antijuives à ce moment-là: cf. Adhémar de Chabannes.

Sur le reste du bi-feuillet, il y a deux textes relatifs aux privilèges des clercs en matière judiciaire (immunité du clergé devant le for séculier) + pour traduire un métropolitain en justice, il faut 80 témoins (70 dans la fausse décrétale dont il s’inspire!). Il y a aussi un ordo du concile de Tolède IV (sur la préséance des clercs sur les séculiers).

Que font les juifs ici ? d’après Blumenkranz : enjeu du pouvoir du clergé et enjeu du pouvoir sur les juifs.

Herbert Schneider a une explication plus contextualisée : dans la MGH, il dit que le bi-feuillet est un dossier défensif fait par les moines de Saint-Martial pour soutenir le métropolitain de Bourges en 1024 (aussi soutenu par le roi Robert), en conflit avec l’évêque de Limoges et le duc d’Aquitaine. Mais il ne donne aucune explication sur les juifs. Auraient-ils été impliqués dans ce conflit ?

B. Brennan, « the conversion of the Jews of Clermont », Journal of theological studies, 36, 2, 1985, p. 312-337.

II- L’analyse du contenu du canon

Le délit : déshonorer une femme chrétienne en la débauchant. Il s’agit d’éviter aussi les relations de concubinages (pas seulement les relations hors-mariage).

La femme est excommuniée : classique (cf. les canons authentiques). L’homme : peines qui n’ont pas vocation à être appliquées, mais dont l’intérêt est ailleurs :

* le faussaire ne choisit pas le denier d’argent, mais la monnaie biblique, qu’il imagine faite d’or (shekel).

100 sicles : partie pénale du Deutéronome XXII, 19 : l’homme qui prétend qu’il n’a pas trouvé sa femme vierge devra payer cette somme au père de la fille.

La marque : peine corporelle infamante réservée aux gens de basse extraction.

Le têta : lettre mystique qui signifie la mort (cf. Isidore de Séville).

Epoque où l’on compile à Lyon des canons, dont certains proviennent du concile de Mâcon qui reprend du droit romain.

Deux courants se distinguent :

– un courant qui ne vise pas les juifs, qui n’est pas totalitaire et ne concerne que les chrétiens.

– un autre courant totalitaire romain, puis wisigothique, puis concile de Mâcon, puis Lyon.

III- Le têta et la rouelle du XIIIe s.

  1. Commentaires sur les signes mis sur le front de Caïn (cf. Augustin) : signe plutôt protecteur.
  2. Le Midrash : signé lié à la mort.

Ressemblance figurative :

Au départ, on parle de « roue » : une pièce unicolore. Puis, à partir de Philippe le Bel,  « rouelle » : donc bicolore.

– hostie

– pièce de monnaie

– astres

Ressemblance qui n’est peut-être pas une pure coïncidence.

Référence commune : Isidore de Séville justement.

 

 

 

 

 

 



Citer ce billet
Juliette Sibon (2015, 18 août). Capucine Nemo-Pekelman, La marque têta sur le front des juifs hérétiques. Nouvelle Gallia judaica. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sc2r