Archives mensuelles : janvier 2015

Sylvie Anne Goldberg – Le dossier Agobard de Lyon (IXe s.)

Compte rendu de l’Atelier de la Nouvelle Gallia judaica du 12 février 2014

Sylvie Anne Goldberg, directrice d’études à l’EHESS, a souligné combien le « dossier Agobard » – composé de cinq textes retrouvés au XVIIe siècle – est précieux pour l’étude des « vrais » juifs – « de chair et d’os », non  herméneutiques – avant l’an mil, et riche de perspectives historiques en dépit de l’abondante littérature existante.

La christianisation est alors en difficulté, face au paganisme toujours très prégnant, et face au judaïsme dont la concurrence constitue manifestement une menace réelle.

1° Le premier problème soulevé par ce dossier est la biographie d’Agobard, fondée sur une notice des Annales Lugdunenses, sujette à caution. En particulier, son origine wisigothique est loin d’être attestée. Kenneth Stow ne relève aucune référence au droit wisigothique chez Agobard. L. Langenwalter, auteur d’une thèse sur Agobard publiée à Toronto en 2009, avance l’hypothèse, pour lors la plus crédible, qu’il est un oblat de Lyon.

Continuer la lecture de Sylvie Anne Goldberg – Le dossier Agobard de Lyon (IXe s.) 

Judith Kogel, Joseph Seniri : Commentary on the Former Prophets

Compte rendu de l’Atelier de la Nouvelle Gallia judaica du 12 février 2014

Judith Kogel, chargée de recherche à l’IRHT, a présenté son ouvrage Joseph Seniri: Commentary on the Former Prophets, A Critical Edition of the Hebrew Text with Introductory Essays on Grammatical Exegesis in Thirteenth-Century Provence, Brill, Leiden, 2013, issu de sa thèse de doctorat.

Couverture de l'ouvrage

Il s’agit de la transcription et de l’analyse d’un unicum trouvé par hasard, mentionné uniquement par David Simon Blondheim dans Les parlers judéo-romans et la Vetus latina (1925), et qui a également fait l’objet d’une bonne notice par George Margoliouth.

Restait toutefois à situer l’auteur dans le temps et dans l’espace. L’enquête, qui repose principalement sur les sources utilisées et mentionnées par Joseph Serini, permet de dater le manuscrit entre 1171 et 1210, à Beaucaire. Joseph Serini est en effet le petit-fils de Judah ben Natanaël de Beaucaire.

Continuer la lecture de Judith Kogel, Joseph Seniri : Commentary on the Former Prophets