Archives pour la catégorie Les Ateliers de la NGJ

Grana. La communauté juive portugaise de Tunis d’après ses ketubot

Par Alain Nedjar et Gilles Boulu

La communauté juive portugaise de Tunis

Compte rendu d’Atelier : De la quête généalogique à l’enquête historique

La quête de leurs origines Grana ont finalement mené Alain Nedjar et Gilles Boulu sur le chemin de l’enquête historique, à des fins qui dépassent désormais le cadre de leurs recherches familiales, comme l’attestent les pistes et les données que livre leur ouvrage, première pierre d’un travail en cours.

La communauté juive portugaise de Tunis, Grana, est un cas unique : ses fondateurs, originaires du Portugal, ont d’abord constitué une oligarchie au sein de la communauté juive de Livourne.

A partir du milieu du XVIIe siècle, les marchands portugais de Livourne ouvrent des comptoirs à Tunis. Se crée peu à peu, d’une manière d’abord officieuse, une « nation juive livournaise de Tunis », bientôt suivie de la création officielle, en 1710, d’un qahal qadosh.

En dépit de l’émigration à Livourne et à Tunis, ces juifs conservent longtemps l’imprégnation culturelle du Portugal et se distinguent des juifs tunisiens indigènes, Twansa.

Les sources pour mettre au jour cette communauté sont de nature variée. Très dispersées, elles sont menacées de disparaître. AN et GB ont non seulement complété le corpus de sources internes à la communauté Grana, mais ils ont également défini un large éventail de sources externes, en consultant les Archives du Consulat de France en particulier.

Continuer la lecture de Grana. La communauté juive portugaise de Tunis d’après ses ketubot 

Simon Schwarzfuchs et Jean-Luc Fray – Juifs d’Alsace et de Lorraine

Simon Schwarzfuchs, Jean-Luc Fray et Danièle Iancu-Agou, présentation du dernier volume de la Géographie historique des juifs en France médiévale paru en 2015 et en 2016 (2 versions).

Deuxième volume du Dictionnaire de géographie historique des juifs médiévaux paru sous la houlette de Danièle Iancu-Agou, Directrice de Recherches émérite, Directrice de la Nouvelle Gallia judaica de 2003 à 2013

Dictionnaire Alsace Lorraine 2

Couverture du second volume

Continuer la lecture de Simon Schwarzfuchs et Jean-Luc Fray – Juifs d’Alsace et de Lorraine 

Pierre Savy, Martin Luther et les juifs

Pierre Savy, maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’Université Paris-Est, présente l’ouvrage Martin Luther, Des Juifs et de leurs mensonges (1543), édition critique et introduction par Pierre Savy, traduit de l’allemand par Johannes Honigmann, Paris, Honoré Champion, 2015.

"Des Juifs et de leurs mensonges", par Martin Luther, édition critique, trad. de l'allemand par Johannes Honigmann, introduction et notes par Pierre Savy, Honoré Champion, 212 p., 39 euros.

Continuer la lecture de Pierre Savy, Martin Luther et les juifs 

Claude de Mecquenem – Archéologie juive médiévale

Claude de Mecquenem, (INRAP- LEM NGJ),  « Archéologie des juifs dans la France médiévale »

Spécialiste de l’archéologue du bâti (architecture religieuse et seigneuriale), Claude de Mecquenem s’est intéressé à l’archéologie juive par hasard, à partir de 1999, à l’occasion d’un chantier de fouilles mené à Lagny-sur-Marne.

Continuer la lecture de Claude de Mecquenem – Archéologie juive médiévale 

Capucine Nemo-Pekelman, La marque têta sur le front des juifs hérétiques

Compte rendu de l’Atelier de la Nouvelle Gallia judaica du 11 février 2015

Capucine Nemo-Pekelman est maître de conférences en Histoire du droit et des institutions à l’Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense, s’interroge sur un canon du XIe siècle qui impose une marque sur le front des juifs hérétiques.

Si un juif hérétique couche avec une femme chrétienne, il est condamné sur sa fortune (100 sicles d’or), et la lettre têta sera inscrite sur son front, ce qui est signe de mort. La femme, elle, est bannie quelques années.

Ce texte semble être un faux car il n’apparaît dans aucun texte conciliaire ni canonique. Or, l’expertise paléographique confirme qu’il est médiéval et que ce n’est pas un faux.

Continuer la lecture de Capucine Nemo-Pekelman, La marque têta sur le front des juifs hérétiques 

Sylvie Anne Goldberg – Le dossier Agobard de Lyon (IXe s.)

Compte rendu de l’Atelier de la Nouvelle Gallia judaica du 12 février 2014

Sylvie Anne Goldberg, directrice d’études à l’EHESS, a souligné combien le « dossier Agobard » – composé de cinq textes retrouvés au XVIIe siècle – est précieux pour l’étude des « vrais » juifs – « de chair et d’os », non  herméneutiques – avant l’an mil, et riche de perspectives historiques en dépit de l’abondante littérature existante.

La christianisation est alors en difficulté, face au paganisme toujours très prégnant, et face au judaïsme dont la concurrence constitue manifestement une menace réelle.

1° Le premier problème soulevé par ce dossier est la biographie d’Agobard, fondée sur une notice des Annales Lugdunenses, sujette à caution. En particulier, son origine wisigothique est loin d’être attestée. Kenneth Stow ne relève aucune référence au droit wisigothique chez Agobard. L. Langenwalter, auteur d’une thèse sur Agobard publiée à Toronto en 2009, avance l’hypothèse, pour lors la plus crédible, qu’il est un oblat de Lyon.

Continuer la lecture de Sylvie Anne Goldberg – Le dossier Agobard de Lyon (IXe s.) 

Judith Kogel, Joseph Seniri : Commentary on the Former Prophets

Compte rendu de l’Atelier de la Nouvelle Gallia judaica du 12 février 2014

Judith Kogel, chargée de recherche à l’IRHT, a présenté son ouvrage Joseph Seniri: Commentary on the Former Prophets, A Critical Edition of the Hebrew Text with Introductory Essays on Grammatical Exegesis in Thirteenth-Century Provence, Brill, Leiden, 2013, issu de sa thèse de doctorat.

Couverture de l'ouvrage

Il s’agit de la transcription et de l’analyse d’un unicum trouvé par hasard, mentionné uniquement par David Simon Blondheim dans Les parlers judéo-romans et la Vetus latina (1925), et qui a également fait l’objet d’une bonne notice par George Margoliouth.

Restait toutefois à situer l’auteur dans le temps et dans l’espace. L’enquête, qui repose principalement sur les sources utilisées et mentionnées par Joseph Serini, permet de dater le manuscrit entre 1171 et 1210, à Beaucaire. Joseph Serini est en effet le petit-fils de Judah ben Natanaël de Beaucaire.

Continuer la lecture de Judith Kogel, Joseph Seniri : Commentary on the Former Prophets