Claude de Mecquenem – Archéologie juive médiévale

Claude de Mecquenem, (INRAP- LEM NGJ),  « Archéologie des juifs dans la France médiévale »

Spécialiste de l’archéologue du bâti (architecture religieuse et seigneuriale), Claude de Mecquenem s’est intéressé à l’archéologie juive par hasard, à partir de 1999, à l’occasion d’un chantier de fouilles mené à Lagny-sur-Marne.

Au haut Moyen Âge, des synagogues sont mentionnées dans les textes à Clermont-Ferrand, à Paris et à Orléans, mais dont il ne subsiste aucun vestige. Ne subsistent que des représentations iconographiques dans les manuscrits carolingiens, mais dont on ne saurait tirer des conclusions sur leur matérialité.

Les vestiges médiévaux connus :

  • Worms (fin XI: mais datation incertaine car faite à partir de photos en noir et blanc !), détruite pendant la Nuit de Cristal.

Style « ottonien » ; bâtiment rectangulaire, voûté, deux nefs séparées par une file de colonnes médiane. C’est en tous cas un objet architectural spécifique. Il reste quelques éléments ; peut-être le mikvé.

  • Spire

Mikvé bien connu : un déshabilloir, un décor raffiné de haute qualité.

Synagogue un peu plus tardive : bâtiment double ; un édifice gothique plus récent. Donc, complexité de la topographie des groupes synagogaux : des agencements successifs.

  • Prague

XIVe s. Insuffisamment étudié sur le plan archéologique ; méconnue donc.

  • Cracovie

XVe s. Insuffisamment étudié sur le plan archéologique. Double nef.

  • Rouen

Construction début XIIe. Monde anglo-normand bien connu sur le plan architectural.

Contexte stratigraphique mauvais : pas de carbone 14 à l’époque de la mise au jour (années 70 ou 80).

Beaucoup d’interrogations à propos de ce bâtiment : Bien daté, localisé dans la juiverie médiévale, une inscription en caractères hébraïques. Des questions sur sa fonction : synagogue ? école ?…

Les historiens de l’art font l’hypothèse d’un chamberblock anglo-normand = un habitat seigneurial ; salle voûtée au rez-de-chaussée, un étage sous charpentes, forme rectangulaire.

Difficile, donc, de considérer que c’est une synagogue : sauf si bâtiment acquis et transformé à cette fin.

Sylvain Klein, la Maison Sublime.

Voir aussi Max Polonovski.

Il y a une synagogue plus tardive proche (XVIIe s.).

  • Montpellier

Eclairage zénithal, accès discret, déshabilloir, alimentation en eau.

Synagogue superposée, avec une maison médiévale (façade refaite au XVIIIe s.).

Fouilles archéologiques faites par une multiplicité d’intervenants à la suite d’un appel d’offres. Puis INRAP fondée en 2001. Puis introduction de la concurrence privée sur le marché à partir de 2003.

Rupture stratigraphique entre mikvé et synagogue ; soit ce n’est pas une synagogue et c’est un mikvé privé, soit elle est postérieure et tardive, post-expulsion par exemple.

  • Lagny-sur-Marne

Bâtiment probablement encore utilisé au XIXe s., qui faisait partie d’une propriété privée, fouillée dans le cadre de l’archéologie préventive, sans problématique liée à l’histoire des juifs.

Une grande salle à nefs multiples élevée vers 1220-1230. Datation sûre. Bâtiment gothique, inhabituel. Reste le mur oriental. Une grande salle. Une annexe avec une grande citerne avec un mortier hydrofuge. Un système d’accès en angle. Bâtiment très massif (murs de plus d’1 mètre d’épaisseur) et voûté. Un ensemble très inhabituel, pas du tout attendu.

Une histoire particulière : disparition au XVe siècle avec la fortification érigée dans le contexte de la Guerre de Cent Ans. Des traces d’incendie très nettes sur le mur oriental ; calcaire complètement éclaté.

L’annexe a été intégrée au fonctionnement de l’abbaye Saint-Pierre toute proche.

Par élimination (cela ne peut pas être une église, en effet, car pas de sépultures ; puis aucune localisation d’églises ici dans les textes), les archéologues ont conclu que cela pouvait être une synagogue, même si aucune mention dans les sources écrites. Deux attaches métalliques dans le mur oriental, séparées par 3 mètres environ. Donc, il y a un aménagement dans la travée centrale, pour une armoire sainte.

Plans comparés assez parlants (avec Cracovie, Worms et Prague) : mêmes dimensions, mêmes formes. Synagogue gothique de Buda s’inscrit dans la même typologie (XIIIe s. également).

Ensemble passé en commission de classement, finalement refusé par la préfecture. Bouygues a démoli l’annexe pour implanter une tour de chantier. Seule la salle principale est aujourd’hui encore préservée.

Max Polonovski a fait sa thèse sur l’abbaye mitoyenne. Il s’oppose à l’hypothèse de Nahon et de Claude de Mecquenem mais sans proposer d’alternative.

D’autres découvertes récentes :

  • Le mikvé de Cavaillon
  • La rue de Bourgogne à Orléans (pas encore étudié archéologiquement)
  • Le mikvé de Strasbourg
  • Mikvé et synagogue de Cologne : mikvé (XIIe) fouillé dans les années 50, puis quartier juif fouillé très récemment. Synagogue plus tardive (gothique).

Opération dont on rêverait pour Rouen !

Projet de grand musée de site à l’arrêt.

Un site incroyable : mikvé avec un escalier monumental. Pierre de taille romane. Des centaines d’ardoises gravées d’inscriptions en hébreu. Vestiges de la bima, des vitraux, carrelages… Sous la synagogue, un bâtiment antique du IVe s. qui est déjà une synagogue (avec un mikvé antique).

Emergence de topographies : idée de l’emprise des juifs dans la ville, qui était très importante. Ce que l’on suppose pour la France du Nord avant 1306, mais sans vestiges. Des juifs évergètes à l’époque de Constantin.

  • Erfurt
  • Angleterre

XIIe : Guildford (fouilles en cours)

Mikvé de Londres en cours de fouilles (musée du judaïsme de Londres)

  • Recherches en cours

Provins

Une maison près de la tour César, réputée être la synagogue médiévale.

Musée du Provinois installé dedans aujourd’hui. Grande baie géminée du XIIe. Départ d’abside tronqué.

Relevé archéologique de la partie basse, encavée, fait par Claude de Mecquenem : salle rectangulaire avec des arcades. Or, hypothèse synagogue très difficilement défendable selon lui. Plutôt une maison avec une grande cave assez monumentale.

150 mètres plus loin, un autre ensemble médiéval avec une série de baies qui donnent sur la rue, avec des linteaux.

Voir les travaux de Juliette Astruc sur Provins : elle a localisé la synagogue. Salle voûtée, chapiteaux gothiques du XIIIe s., structure à deux nefs avec deux piliers isolés au centre.

Dans un angle, un escalier qui descend dans une cave inondée. Dispositif très particulier.

Construction du XIIIe siècle adossée à un bâtiment antérieur avec une petite fenêtre romane (XIe-XIIe). Décor médiéval. Disposition inattendue, très monumentale.

Saint-Paul-trois-Châteaux

Grande parcelle urbaine en friche avec projet des élus de rénovation générale. Arche sainte du XVe siècle récupérée (autrefois au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme). Quartier juif complètement inclus dans cette parcelle. Une cave susceptible d’être un mikvé, dans une maison sise dans la rue de la Juiverie. On entre par un soupirail. Cave voûtée avec un appareillage médiéval, inondée par 30 cm d’eau (comme à Provins, résurgence souterraine inattendue, assez puissante). De plus, pas loin, un bâtiment repéré qui pourrait bien être une synagogue. Projet en cours.

  • Que sont devenues les synagogues médiévales ?

Des églises.

Paris : Sainte-Madeleine-en-l’île : église détruite mais parfaitement décrite grâce à des plans aux Archives nationales (église plus grande que la synagogue : donc des agrandissements).

Pierre trouvée dans le parc Monceau : Nahon l’expertise comme la pierre qui sert à inaugurer la synagogue de la rue de la Tacherie en 1198.

Etampes : collégiale Sainte-Croix sur la synagogue après 1182. Synagogue attestée.