Simon Schwarzfuchs et Jean-Luc Fray – Juifs d’Alsace et de Lorraine

Simon Schwarzfuchs, Jean-Luc Fray et Danièle Iancu-Agou, présentation du dernier volume de la Géographie historique des juifs en France médiévale paru en 2015 et en 2016 (2 versions).

Deuxième volume du Dictionnaire de géographie historique des juifs médiévaux paru sous la houlette de Danièle Iancu-Agou, Directrice de Recherches émérite, Directrice de la Nouvelle Gallia judaica de 2003 à 2013

Dictionnaire Alsace Lorraine 2

Couverture du second volume

L’Alsace, par Simon Schwarzfuchs

Les premières communautés juives connues en Alsace datent du XIIe siècle. Les juifs d’Alsace sont originaires d’outre-Rhin, notamment du Palatinat.

Existait-il, dès le Moyen Âge, un judaïsme alsacien, distinct du judaïsme lorrain ? Si la réponse est positive pour les Temps modernes – un rite alsacien spécifique est attesté en 1691 –, il est très difficile de répondre à cette question pour la période antérieure.

Les juifs d’Alsace se distinguaient manifestement des juifs tsarfatim. Un poème du XIVe siècle, d’un certain Yitzhak, évoque les difficultés que les juifs originaires de Tsarfat, expulsés du royaume de France en 1306 par Philippe le Bel, ont eu à s’intégrer en Ashkenaz : ils y ont rencontrés un peuple violent et arrogant, qui selon l’auteur n’avait rien à voir avec Israël ! Des différences physiques sont même soulignées : leurs barbes poussaient comme celles des chèvres !

L’insertion des exilés s’opéra toutefois après une génération. Pour preuve, le jeûne commémoratif du brûlement du Talmud qui eut lieu Paris dans les années 1240, sous le règne de Louis IX, semble  totalement oublié par les exilés à partir de 1306.

La Lorraine, par Jean-Luc Fray

La cartographie de la Lorraine médiévale est complexe. Les ducs de Lorraine n’ont jamais réussi à faire l’unité du pays. Il n’y a pas de judaïsme lorrain spécifiquement attesté.

La présence juive est ancienne mais non linéaire. Elle est épisodique depuis le haut Moyen Âge et commence à être bien documentée à partir de l’époque carolingienne. Puis, après 1096, il faut attendre le XIIIe siècle avec les documents de la pratique : les mentions de juifs sont toutefois encore très allusives ; seules des chartes envisagent la possibilité d’implantation d’une communauté juive. Enfin, les attestations deviennent sûres dans les registres du XIVe siècle. La présence des juifs apparaît alors très occidentale : est-elle liée à l’expulsion de 1306 ? Probable : les réfugiés ont fait le choix de rester dans les zones francophones, proches du royaume. Puis, au cours du XIVe siècle, ils se sont déplacés dans le comté de Bar, plus à l’abri de la politique versatile des Capétiens et des Valois. Il faut attendre le XVe siècle pour rencontrer de nouveaux individus avec mention de leurs activités. Quelques juifs sont originaires d’Alsace. Par ailleurs, on ne possède quasiment aucune source hébraïque.

Finalement, 90 localités ont été recensées.