Pierre Savy, Martin Luther et les juifs

Pierre Savy, maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’Université Paris-Est, présente l’ouvrage Martin Luther, Des Juifs et de leurs mensonges (1543), édition critique et introduction par Pierre Savy, traduit de l’allemand par Johannes Honigmann, Paris, Honoré Champion, 2015.

"Des Juifs et de leurs mensonges", par Martin Luther, édition critique, trad. de l'allemand par Johannes Honigmann, introduction et notes par Pierre Savy, Honoré Champion, 212 p., 39 euros.

Quelques repères biographiques :

Luther devient frère mendiant en 1483.

En 1517, ses fameuses thèses qui lancent la Réforme.

A partie des années 1540, le thème des juifs l’occupe de plus en plus.

Il meurt en février 1546.

Ses écrits sur les juifs ou Judenschriften :

Il s’agit de cinq traités : Que Jésus Christ est né juif / Les mensonges / Une épître contre les Sabbatariens / deux autres traités moins connus.

Ce ne sont pas des versions modernes de polémique médiévale. Il ne s’agit pas de dialoguer avec les juifs.

Les deux premiers, les plus fameux, nourrissent la thèse d’un revirement. Thèse classique, discutée, mais à laquelle souscrit Pierre Savy : d’abord désireux de convertir les juifs, mais plutôt philosémite, il change totalement de position ensuite.

Des spécialistes restent perplexes par rapport à cette thèse en distinguant trois phases (hostilité, mansuétude, hostilité) ; ou alors idée que Luther reste le même mais change seulement dans les recommandations mais non sur le fond.

Pourquoi le revirement ?

  • La déception des résultats de la conversion des juifs par la persuasion.
  • Grande inquiétude face aux progrès des judaïsants, tels les Sabbatariens (NB : juifs très peu nombreux dans l’Allemagne des années 1540).
  • Les dernières années de Luther, sombres, très violentes, pas seulement contre les juifs (idem contre les papistes, les Turcs…).

Le traité :

  • Une introduction : les circonstances de la rédaction (lettre d’un ami – le comte Wolf – qui a reçu une œuvre perdue écrite par un juif, anti-luthérienne)
  • Quatre grandes parties

*Privilèges dont se vantent les juifs : le lignage supérieur, la circoncision, la loi, la terre ; qui ne valent rien selon lui. C’est là qu’il est très luthérien et donc le plus original.

* p. 131 et sq : vision de Luther de l’histoire juive.

* Les calomnies juives

* Liste de recommandations pratiques (partie la plus utilisée par les historiens : tel Poliakov…) ; on retrouve le plus de nouveauté ici aussi.

Traité répétitif, composé à la hâte. Plein d’oralité, d’adresses au lecteur, d’anaphores…

Registre de langue très variable : exégèse savante, propos orduriers voire scatologiques, jeux de mots douteux.

Il n’est pas destiné à être lu par les juifs mais par des Allemands pour fortifier leur foi.

L’argumentaire de Luther :

Il ne rejette pas la racine juive du christianisme (il n’est pas marcionite) mais il en souligne la caducité. Les juifs de Moïse étaient dans le vrai, les juifs de l’empire non.

Idée centrale : les juifs mentent. C’est-à-dire ? Ils cachent délibérément la vérité ? Pas clair ; confusion entre mensonges et erreurs des rabbins sur la Bible ? Mauvaise foi ? Une erreur pas tout à fait sincère. Leur dispersion est la preuve de leur erreur ; thème de l’aveuglement.

Des stéréotypes colportés mais aussi des éléments sur le rapport à Dieu. La contradiction des juifs dans le Talmud est insupportable pour Luther. Le rapport à la Bible et à Dieu : la loi orale (Talmud) est une infâme déformation de la loi écrite (Torah). Rien d’original ici.

Le salut : la justification : juifs et catholiques sont tout autant dans l’erreur. Une théologie de la grâce ne laisse pas de place aux œuvres.

Dénonciation du ritualisme et du cérémonisme des chrétiens et des juifs.

Quel est cet antijudaïsme ?

Synthèse de thèmes anciens, médiévaux (animalité, usure, amour de l’or…), théologiques protestants. Synthèse de l’antijudaïsme savant et populaire.

Pourquoi tant d’acharnement ?

La peur, exprimée explicitement (voir Jean Delumeau) : croyance aux meurtres rituels, par exemple.

La politique que prône Luther : L’expulsion. Les inviter à partir dans leur terre, en Judée, par crainte de l’émeute vengeresse populaire, sans que les princes ne parviennent à les contrôler.

Brûler les synagogues. Raser leurs maisons. Brûler le Talmud. Interdiction de l’usure. Qu’ils travaillent de leurs mains et qu’ils transpirent !

Sinon, Dieu risque de sa fâcher, comme sur Sodome et Gomorrhe.

Portée ?

Recommandations peu entendues par les princes.