Sylvie Anne Goldberg – Le dossier Agobard de Lyon (IXe s.)

Compte rendu de l’Atelier de la Nouvelle Gallia judaica du 12 février 2014

Sylvie Anne Goldberg, directrice d’études à l’EHESS, a souligné combien le « dossier Agobard » – composé de cinq textes retrouvés au XVIIe siècle – est précieux pour l’étude des « vrais » juifs – « de chair et d’os », non  herméneutiques – avant l’an mil, et riche de perspectives historiques en dépit de l’abondante littérature existante.

La christianisation est alors en difficulté, face au paganisme toujours très prégnant, et face au judaïsme dont la concurrence constitue manifestement une menace réelle.

1° Le premier problème soulevé par ce dossier est la biographie d’Agobard, fondée sur une notice des Annales Lugdunenses, sujette à caution. En particulier, son origine wisigothique est loin d’être attestée. Kenneth Stow ne relève aucune référence au droit wisigothique chez Agobard. L. Langenwalter, auteur d’une thèse sur Agobard publiée à Toronto en 2009, avance l’hypothèse, pour lors la plus crédible, qu’il est un oblat de Lyon.

En effet, Agobard est un lettré digne de ce nom. Ses textes montrent qu’il a accès aux écrits hébreux d’une manière ou d’une autre. Par exemple, il connaît notamment le Sefer Yetsira (cf. le passage sur l’alphabet hébraïque dans « Sur l’insolence des juifs »). De quelle manière ? Il affirme avoir des conversations quotidiennes avec des juifs.

Autre interrogation quant à sa connaissance de la Halakha au sujet des esclaves non juifs, qui ne peuvent servir une maison juive au-delà d’un an sans être convertis au judaïsme. Là encore, Agobard semble le savoir.

2° Agobard fournit une multitude de renseignements sur les juifs qui vivent à Lyon à son époque. Ils semblent relativement nombreux et sont très protégés par l’empereur Louis le Pieux ; ils ont des synagogues et en acquièrent même de nouvelles ; ils ont des esclaves qui se convertissent au judaïsme ; ils ont aussi des serviteurs chrétiens, intégrés à la famille élargie, des femmes en particulier, qui vivent dans des maisons juives et donnent naissance à des enfants conçus avec des juifs.

Une question fondamentale, faute de sources antérieures, se pose : qui sont ces juifs qui vivent dans l’Europe franque dans la première moitié du IXe siècle ? De quelle obédience sont-ils ?

Ils sont manifestement implantés de longue date. Le « dossier » remet en question l’origine de ceux qu’on appelle « les premiers Ashkénazes ». Bonfil Reuven les relie au Talmud palestinien tandis que Haym Soloveitchik les relie à la Halakha palestinienne.

3° Enfin, le dossier permet de revenir sur l’antijudaïsme d’Agobard : il est d’abord frappant qu’il ne réclame jamais la conversion des juifs. En revanche, il plaide fortement pour leur isolement, voire leur exclusion sociale.

En outre, Kenneth Stow insiste sur le fait qu’Agobard inaugure en Occident l’assimilation du juif à l’immondice, à l’impureté et au satanisme.

Le texte « Sur l’insolence des juifs » – qui a fait l’objet d’une lecture et de commentaires collectifs au cours de l’atelier – montre Agobard aux prises avec les missi de l’empereur. Si ses requêtes auprès de Louis le Pieux se sont soldées par un échec cuisant, ses écrits ont connu des succès ultérieurs : sa rhétorique est reprise deux ou trois siècles plus tard. Agobard ne parle jamais en théologien, mais il produit tout de même une théologie appelée à être reprise ultérieurement.