Judith Kogel, Joseph Seniri : Commentary on the Former Prophets

Compte rendu de l’Atelier de la Nouvelle Gallia judaica du 12 février 2014

Judith Kogel, chargée de recherche à l’IRHT, a présenté son ouvrage Joseph Seniri: Commentary on the Former Prophets, A Critical Edition of the Hebrew Text with Introductory Essays on Grammatical Exegesis in Thirteenth-Century Provence, Brill, Leiden, 2013, issu de sa thèse de doctorat.

Couverture de l'ouvrage

Il s’agit de la transcription et de l’analyse d’un unicum trouvé par hasard, mentionné uniquement par David Simon Blondheim dans Les parlers judéo-romans et la Vetus latina (1925), et qui a également fait l’objet d’une bonne notice par George Margoliouth.

Restait toutefois à situer l’auteur dans le temps et dans l’espace. L’enquête, qui repose principalement sur les sources utilisées et mentionnées par Joseph Serini, permet de dater le manuscrit entre 1171 et 1210, à Beaucaire. Joseph Serini est en effet le petit-fils de Judah ben Natanaël de Beaucaire.

L’enquête éclaire une école d’exégèse provençale, forgée à partir des apports grammaticaux des Kimhi et des Tibbonides, ainsi que des écrits de Moshé ha-Darchan – d’ailleurs censuré par Serini –, d’Abraham ibn Ezra ou encore de Jacob ben Eleazar. Les deux pôles principaux bien connus sont Narbonne et Lunel, sans désormais oublier Beaucaire.

Outre sa connaissance de la langue hébraïque, Seniri fait montre d’une grande sensibilité littéraire et semble même avoir compris le parallélisme biblique.

Il cite et utilise Rachi. Cette question a fait l’objet d’une mise au point plus précise dans le cadre de cette communication : l’approche de ce manuscrit permet de mettre en lumière la manière dont Rachi était utilisé et, en l’occurrence, complété par des ajouts grammaticaux.

Des commentaires du même type que celui de Seniri ont très probablement existé, mais ils ne sont pas parvenus jusqu’à nous car les œuvres des Kimhi ont presque tout éclipsé.